Archiv | Juni, 2013

Mich laust der Affe …!

21 Jun

Hans-Ulrich Bigler, Direktor Schweizerischer Gewerbeverband sgv

Zu diesem Bonmot sah ich mich diese Woche veranlasst, als ich einen netten Brief der Einwohnerkontrolle der Gemeinde Hägendorf / SO auf meinem Schreibtisch liegen hatte. Formell korrekt wurde dem Schweizerischen Gewerbeverband sgv – mit Datum 14. Juni 2013 – im Rahmen einer «Gesamtbescheinigung» mitgeteilt, dass zum Referendum «Nein zur missratenen Revision des Raumplanungsgesetzes» 31 gültige und eine ungültige Unterschrift eingegangen sind. Dem fleissigen Gemeindeschreiber sei für diese gute Nachricht an dieser Stelle herzlich gedankt.

Regelmässige Leser der Schweizerischen Gewerbezeitung sgz erinnern sich vielleicht an mein Editorial vom 9. November 2012 – Sie lesen richtig, liebe Leserinnen und Leser, 2012… und heute schreiben wir den 21. Juni 2013. Nun, an jenem Datum A.D. 2012 wies ich darauf hin, dass 1000 Unterschriften zum RPG-Referendum des sgv von den Gemeinden nicht zurückgeschickt worden seien. Ebenso erwähnte ich, dass «der sgv angesichts dieser Verweigerung kommunaler Demokratieverpflichtungen beim Schweizerischen Gemeindeverband interveniert hat».

Bis heute haben wir vom Gemeindeverband in dieser Angelegenheit keinerlei Reaktion erhalten. Nach Eingang des erwähnten Schreibens aus Hägendorf verstehen wir aber nun endlich den Grund dafür. Ganz offensichtlich kam der Sekretär des Gemeindeverbandes noch nicht dazu, ein Antwortschreiben zu verfassen, da er bis heute mit allen verfügbaren Kräften und mit dem notwendigen Nachdruck bei seinen Gemeinden intensiv die Ausstände angemahnt hat. Die gute Nachricht sei ihm zugerufen: Ihre Intervention wurde von Erfolg gekrönt, immerhin sind inzwischen schon 32 der insgesamt 1000 noch ausstehenden Unterschriften bestätigt worden. Chapeau, der uneigennützige Einsatz hat sich gelohnt. Doch vielleicht ist Ihr Brief ja auch nur der sommerlichen Hitze zuzuschreiben – womit wir dann wieder beim Titel wären…

Accord de libre-échange avec la Chine : des chances à saisir

11 Jun

Hans-Ulrich Bigler, directeur de l’Union suisse des arts et métiers usam

Nous avons souvent évoqué ici les chances que pourrait offrir, notamment à nos PME, la conclusion d’un accord de libre-échange entre la Chine et la Suisse. Vendredi dernier, la longue et difficile négociation de cet accord a abouti sur le plan technique. L’Union suisse des arts et métiers usam, numéro un des organisations faîtières de l’économie suisse, espère maintenant que cet accord de libre-échange va être conclu et signé rapidement, en juillet déjà, comme l’avait annoncé le Conseil fédéral.

À nos yeux, cet événement se produit au bon moment pour les PME suisses. La Chine déploie maints efforts pour transformer son modèle économique en une société de consommation basée sur une économie durable. Or, en matière de production de biens de consommation de très haute qualité et de développement des processus durables, la Suisse,
avec ses entreprises – et en particulier ses PME – tient précisément une place de leader dans le monde.

Il convient de rappeler ici que l’usam compte dans son organisation d’importantes branches exportatrices. Pour n’en nommer que quelques-unes, mentionnons simplement l’Association suisse d’entreprises mécaniques et techniques Swissmechanic – qui compte le plus grand nombre de membres – ou encore l’Association suisse des matières plastiques, l’une et l’autre très actives aujourd’hui déjà dans le domaine de l’exportation. Il en est de même, naturellement, de l’hôtellerie suisse, une industrie d’exportation importante, même si elle est intimement liée à ses sites.

Ces dernières années, l’usam s’est montrée proactive dans la manière d’accueillir cette évolution au sein même de son organisation, ce que met en exergue la présente édition du Journal des arts et métiers, focalisée sur la Chine. Un moyen de s’informer sur l’essentiel à ce sujet est, entre autres, de consulter notre plate-forme d’information. L’usam entretient depuis assez longtemps des contacts intensifs avec l’entrepreneur chinois Yuming Yang, qui vit en Suisse depuis plusieurs années, et elle a pu profiter à bien des égards de son réseau de relations politiques en Chine. En ciblant notre action, nous entendons poursuivre sur cette voie au cours des mois à venir. Le voyage d’affaires en Chine prévu pour cet automne n’est qu’un premier pas dans ce sens.

Mais l’accord de libre-échange est aussi profitable à l’économie chinoise, la Suisse étant le seul pays de l’Europe continentale à avoir opté pour un lien de partenariat économique aussi étroit avec la Chine. La Suisse peut devenir la plate-forme chinoise en Europe, ce dont tous les partenaires concernés pourront tirer profit. L’usam soutient par conséquent le projet d’établissement d’un «China Center» dans l’immeuble de la nouvelle Bourse de Zurich. Toutes les conditions sont ainsi réunies pour tisser des liens entre les PME de Suisse et celles de Chine et pour renforcer la coopération entre les deux économies nationales.

L’usam ne ménage pas ses efforts en vue de simplifier notablement les échanges commerciaux internationaux et plaide pour l’élargissement du réseau suisse d’accords de libre-échange, notamment en direction des marchés émergents. Pour les PME suisses, l’accord de libre-échange avec la Chine est donc d’une importance primordiale et il s’agit d’exploiter de manière stratégique les chances qu’il leur offre.

%d Bloggern gefällt das: