Redevance Billag: dépôt du référendum assuré

12 Dez

Hans-Ulrich Bigler, directeur Union suisse des arts et métiers usam

En deux mois seulement, l’usam a déjà réuni 65 000 signatures contre la nouvelle redevance Billag. Le sujet préoccupe beaucoup les citoyens. Ils en ont assez de l’introduction permanente de nouveaux impôts et de nouvelles taxes. La récolte des signatures se poursuit jusqu’au dépôt du référendum le 12 janvier prochain.

Billag – rien que le mot fait bondir aux quatre coins du pays. Et depuis de nombreuses années !  Légendaire, l’espionnage des agents Billag – craints comme la peste lorsqu’ils se retrouvent devant la porte de nos concitoyens, qui ont été et sont encore soupçonnés de fraude par des enquêteurs en cravate. Et maintenant, les entreprises devraient, elles aussi, s’acquitter d’une forte somme d’impôt pour la télévision publique. Pour des prestations dont elles ne peuvent, dans la plupart des cas, pas profiter ou pour lesquelles elles ont déjà payé à titre privé. La nouvelle redevance représenterait, au total, une charge de 200 millions de francs supplémentaires pour les entreprises – et cela chaque année. Pour certaines, ce nouvel impôt devrait atteindre 39 000 francs par an, bien que leurs propriétaires comme leurs collaborateurs payent déjà la redevance en tant que personnes physiques et qu’il soit évident que les entreprises ne peuvent ni écouter la radio ni regarder la télévision.

Billag-Schreck Käthi und Kari Arnold

Pour combattre ce pillage inacceptable et absurde des PME – toutes les entreprises réalisant un chiffre d’affaires de 500 000 francs et plus seraient soumises à la redevance – l’Union suisse des arts et métiers usam a donc lancé le référendum. La récolte des signatures bat son plein. En un temps record, deux mois seulement, 65 000 signatures ont d’ores et déjà été réunies. Le référendum bénéficie d’un large soutien et le sujet ne préoccupe pas uniquement les entreprises.

Pour exemple, Käthi et Kari Arnold, un couple de retraités résidant à Unterägeri dans le canton de Zoug, ont très activement participé à la récolte de signatures contre la nouvelle redevance. Munis d’un pique-nique, l’épouse de 86 ans et son mari d’un an son cadet ont sillonné la Suisse centrale au volant de leur voiture et n’ont pas hésité à frapper aussi bien aux portes de PME – de la boucherie à l’entreprise high-tech – qu’à celles de ménages privés pour leur demander de soutenir le référendum. Début décembre, ils avaient déjà récolté plus de 600 signatures – et ils continuent !

Jusqu’au 12 janvier 2015, date à laquelle le référendum sera déposé à la Chancellerie fédérale, la récolte se poursuit dans le but de réunir le plus de signatures possible. Objectif : donner un signal clair montrant que les citoyens n’acceptent pas de se laisser écraser par l’introduction constante de nouveaux impôts et de nouvelles taxes.

Lien
www.nouvelle-redevance-billag-non.ch

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s

%d Bloggern gefällt das: