Lettre ouverte à l’EPF Lausanne : économie suisse – économie verte

18 Apr

Hans-Ulrich Bigler, directeur Union suisse des arts et métiers usam, conseiller national PLR/ZH

Dans l’édition du 14 avril 2016 du quotidien allemand Die Zeit, l’ancien directeur de l’Office fédéral de l’environnement Bruno Oberle se plaint de l’économie suisse : elle bloquerait divers projets de loi dans le domaine de l’environnement, elle serait contre l’innovation et la protection de l’environnement. Mais le scientifique récemment nommé à l’EPF Lausanne ne livre aucun élément à l’appui de ses affirmations.

Cette accusation de la part d’un représentant des milieux scientifiques, massivement subventionnés au moyen de fonds publics, est basée sur des opinions toutes faites, est partiale et sans nuances. L’équation du professeur Oberle « ceux qui s’opposent à certaines interventions régulatrices sont des traînards et des incapables qui, de toute manière, disparaîtront bientôt » est non seulement fausse, mais encore malhonnête.

Il y a bien d’autres meilleures raisons de s’opposer à certaines mesures régulatrices : la réglementation peut être disproportionnée ; la technologie évolue parfois différemment de ce que prévoyait la réglementation ; le droit réglementaire rend plus chère la liberté d’entreprendre et de découvrir – donc l’innovation – ou la mettent hors jeu. Toutes ces raisons tiennent dans l’économie suisse un rôle beaucoup plus important que l’argument avancé par le professeur Oberle.

Les PME suisses vouent le plus grand intérêt à une utilisation efficace de leurs ressources. A cet égard, notre économie peut se prévaloir d’un bilan positif et de succès importants. Ainsi, par exemple, les objectifs convenus avec l’Agence de l’énergie pour l’économie en vue d’améliorer l’efficacité énergétique de l’économie ont été non seulement atteints, mais dépassés. Les mesures d’incitation conformes aux principes de l’économie de marché sont un levier décisif pour parvenir à progresser encore dans le sens d’une plus grande efficacité en matière d’utilisation des ressources et de l’énergie.

L’Union suisse des arts et métiers usam n’entend pas laisser passer les affirmations sans nuances et diffamatoires du professeur Oberle. Dans une lettre ouverte à l’EPF Lausanne, elle exige une prise de position de l’EPFL, le professeur Oberle s’étant exprimé en tant que son représentant. Pour en savoir plus : lien lettre ouverte

LIEN
Lettre ouverte à l’EPF Lausanne (fichier PDF)

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s

%d Bloggern gefällt das: