«Intenable pour nos chauffeurs»

18 Mai

Jean-Daniel Faucherre, Faucherre SA, vice-président ASTAG

Pour rappel, le Conseil fédéral a tenu à faire voter Vache à lait avant Forta. Et sur Forta, nous ne sommes pas satisfaits: d’une part, nous n’avons pas de garantie que le diesel n’augmentera pas. D’autre part, pas de garantie non plus que les taxes ne seront pas augmentées. C’est un blanc-seing au Conseil fédéral que nous ne pouvons pas accepter.

Or Vache à lait prévoit dans son texte que toute augmentation de taxe, d’impôts, etc. pour les automobilistes passent automatiquement devant le peuple. Car nous vivons en démocratie !

Pour le reste, c’est à nous de convaincre les votants. Sur 9,2 milliards de francs perçus, seuls 30% reviennent à la route. Nous demandons 1,5 milliard, ce n’est pas le bout du monde !

jean daniel faucherre 01

Jean-Daniel Faucherre, Faucherre SA, vice-président ASTAG

Nous voulons que le Conseil fédéral prenne conscience que la population qui utilise les routes n’est pas prête à payer toujours plus pour recevoir de moins en moins.

J’ai pu récemment et concrètement me rendre compte de l’état des routes en Suisse romande. Comme je suis chef de colonne pour le Tour de Romandie, j’ai vu de près tous les bouchons.

Dès que l’on se rapproche des centres, la Chaux-de-Fonds, le Locle, l’Arc lémanique, mais aussi la route entre Moudon et le Chalet-à-Gobet, cela devient intenable.

Un jour en avril, j’ai mis 40 minutes entre Moudon et Vennes pour entrer sur l’autoroute. Personne ne se plaint ici des chantiers, qui sont nécessaires, mais il faut savoir que 90% des bouchons concernent des routes sans chantier.

Nos chauffeurs en ont marre et ils s’énervent. Quand ils rentrent le soir, nous leur donnons le maximum de compréhension. Pour eux, deux heures de plus passées dans les bouchons, c’est aussi deux heures de moins avec leur famille ! En termes de relève, cela nous pose un problème. Quand je vais dans les salons des métiers, les jeunes me font comprendre qu’ils n’ont pas envie de passer leur vie dans les bouchons. Toute cette situation rend nos métiers inattractif.

Pour un chauffeur, le trajet Moudon Genève prend environ une heure et quart. Mais dans la pratique, pour être à Genève à 8h30, ils partent à 5h30 le matin. Toutes ces heures supplémentaires coûtent aux entreprises : 22000 heures par année, c’est l’équivalent de trois années de bouchon par année.

Nous vivons cette situation parce que le Département fédéral sous Leuenberger a fait de l’immobilisme. Dans le canton de Vaud, nos deux ministres verts Bieler et Marthaler nous ont fait paumer quinze ans ! Avec le gouvernement actuel, les choses vont de l’avant.

Pour la suite, l’économie a besoin d’infrastructures routières performantes. Le contournement de Morges est un cas hypersensible en Suisse romande. Le raz-le-bol prédomine, il faut agir et voter oui à l’initiative « pour un financement équitable des transports (vache à lait) » !

LIEN
www.financement-equitable-transports.ch

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s

%d Bloggern gefällt das: