Qui fait le calcul dit NON à AVSplus

25 Aug

Jean-François Rime, président de l’Union suisse des arts et métiers usam, conseiller national UDC/FR

Les syndicats et la gauche veulent nous faire croire que si l’on calcule correctement, on ne peut qu’approuver l’extension de l’AVS. Bien au contraire:

  • Si l’on réfléchit, on remarque très vite que les fantasmes de la gauche coûtent extrêmement cher. D’ici à 2030, les coûts supplémentaires atteindraient 5,5 milliards de francs par année; et par la suite, davantage encore. Pour les couvrir, il faudrait presque 1,5% de TVA supplémentaire. C’est beaucoup trop coûteux et ce sont surtout les familles avec enfants qui en feraient les frais. Qui réfléchit et fait le calcul dira donc NON à AVSplus.
  • Si l’on s’informe, on sait très bien que l’AVS est aujourd’hui déjà dans les chiffres rouges. D’ici à 2030, son déficit annuel atteindra quelque 8 milliards de francs. Il faudra encore au moins 2% de TVA pour le combler. Pour couvrir le montant total nécessaire, il faudrait donc environ 3,5% de TVA supplémentaires. Cela n’est pas acceptable. Notre économie en serait rudement affectée, de nombreux emplois disparaîtraient et notre situation à tous s’en trouverait péjorée. Nous ne saurions l’admettre. Qui s’informe et calcule dira donc NON à AVSplus.
Le déficit de répartition de l'AVS va connaître d'ici à 2035 une augmentation massive en raison de l'évolution démographique. Si l'initiative nuisible et irresponsable sur l'AVS est acceptée, plus de 4 milliards de francs de dépenses supplémentaires devront être couverts à partir de 2018, montant qui atteindra 5,5 milliards en 2030. Source: Office fédéral des assurances sociales

Le déficit de répartition de l’AVS va connaître d’ici à 2035 une augmentation massive en raison de l’évolution démographique. Si l’initiative nuisible et irresponsable sur l’AVS est acceptée, plus de 4 milliards de francs de dépenses supplémentaires devront être couverts à partir de 2018, montant qui atteindra 5,5 milliards en 2030. Source: Office fédéral des assurances sociales

  • Si l’on y regarde de plus près, on se rend compte que ce sont préci­sé­ment les rentiers les plus démunis qui n’auraient rien à attendre d’AVSplus. Un relèvement des rentes AVS aurait pour effet de réduire en conséquence les prestations complémentaires dont ils pourraient bénéficier. Au total, pas un seul franc supplémentaire ne serait versé aux rentiers AVS vraiment pauvres. Les seuls à profiter d’AVSplus seraient les rentiers aisés, alors qu’ils n’en ont pas besoin. Qui examine et calcule dira donc NON à AVSplus.
  • Si l’on approfondit l’analyse, on ne manquera pas d’observer que les rentes AVS sont imposables. En revanche, les prestations complé­mentaires sont exonérées d’impôts. Il s’ensuivrait donc que les rentiers les plus pauvres, sans recevoir d’argent supplémentaire, devraient payer davantage d’impôts sur le revenu et sur la consommation. Au final, ces personnes auraient donc sensiblement moins d’argent dans leur portemonnaie. Qui approfondit l’analyse et calcule ne pourra donc que dire NON à AVSplus.
  • Toute personne raisonnable ne peut admettre qu’AVSplus tende à distribuer les fonds supplémentaires selon le principe de l’arrosoir. La rente AVS mensuelle d’une personne démunie serait relevée de 117,50 francs, alors que celle d’un rentier millionnaire, donc très à l’aise financièrement, augmenterait de 235 francs. Quelle absurdité! Qui réfléchit raisonnablement et fait ses calculs dira donc NON à AVSplus.
  • Si l’on est attentif, on remarquera que la campagne des syndicats mise davantage sur le dénigrement du deuxième pilier que sur l’apologie des mérites de l’initiative. Pour ses auteurs, il s’agit de toute évidence d’une stratégie intentionnelle visant à détourner l’attention des flagrantes lacunes d’AVSplus. Il est regrettable que l’image de la prévoyance professionnelle ait à en souffrir. S’il est vrai que le deuxième pilier se trouve dans une passe difficile, il est encore et toujours en meilleure forme que ce que voudraient nous faire accroire les cassandres de la gauche. Nous devons impérativement sauvegarder notre système à trois piliers, système éprouvé que tout le monde nous envie. Qui est attentif et calcule dira NON à AVSplus.

L’approche qui consiste à donner davantage de moyens financiers aux rentiers est de prime abord sympathique. Mais si l’on examine le projet plus en détail, on se rend bien vite compte des déficiences flagrantes dont souffre AVSplus.

Insensé et onéreux, le projet AVSplus ne profiterait qu’à ceux qui n’en ont pas besoin. Qui analyse et calcule dira donc NON avec conviction lors de la votation du 25 septembre prochain.

LIEN

www.avsplus-non.ch

 

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s

%d Bloggern gefällt das: